shopping-bag 0
Produits : 0
Total : 0.00€
Voir le panier Commander

R1 – Et à la quatre vingt-septième minute, tout s’emballa entre le GIROU et le TMFC !

Dès l’engagement les Toulousains ont pris l’ascendant en poussant et provoquant deux corners dans les premières minutes. On sentait une meilleure maîtrise à Toulouse Métropole. Aussi à la quinzième minute Nguala décalé sur le côté gauche ouvre le score d’une frappe tendue et croisée qui va le loger dans la lunette opposée. Très jolie frappe, beau but qui n’a laissé aucune chance à Viste le portier du Girou. Paradoxalement après l’ouverture du score Toulouse Métropole a commencé à reculer laissant l’initiative au Girou qui a réussi à mettre en danger les Toulousains un peu fébriles, leur classement avant le match y étant sûrement pour quelque chose. Équipe à ce moment là jouant en dessous de ses possibilités. À la trentième minute Kassous sur une balle perdue par la défense toulousaine frappe à bout portant sur le gardien Andral bien sorti. Quarante-troisième minute Sinaman très discret jusque là, repique à l’intérieur et de son bon pied le gauche adresse une frappe que le gardien toulousain dévie au pris d’une belle parade, Perez en catastrophe sort le ballon chaud devant sa cage. À la pause le TMFC mène 1 à 0 devant le Girou. A la reprise de la deuxième période on sent une maîtrise technique plus grande chez les Toulousains, mais la hargne, la combativité parfois désordonnée du Girou font chanceler cette équipe de Toulouse Métropole qui est toujours dans une situation de doute. On assiste à une longue période ou les équipes allongent comme on dit, le terrain y étant pour quelque chose sûrement mais le doute du classement chez l’une et l’énervement d’être menée pour l’autre contribua à ce hourra football. Quelques contres bien menés des Toulousains apportent une première frappe encore de Nguala bien arrêtée par le gardien, puis à la suite d’un débordement côté droit et d’un centre au cordeau sur la tête de CestariI (coupant très bien la trajectoire), les Toulousains font le break. On ne peut pas dire que se soit immérité à ce moment de la partie. Jusque là nous avions assisté à une rencontre quelconque vu les conditions de jeu, mais à partir de la quatre vingt-septième nous sommes entrés dans un autre monde.

Une erreur d’appréciation grave de conséquence pour les locaux !

Quatre vingt-septième coup-franc côté droit pour le Girou, Sinaman s’en charge et met une frappe enroulée exceptionnelle au deuxième poteau, du grand art ! Ce qui déclenche l’euphorie chez les joueurs du Girou et de leurs supporteurs qui va déboucher pendant le temps additionnel (quatre vingt-treizième) à l’égalisation  Un ballon repoussé par la défense de Toulouse Métropole une frappe exceptionnelle de vingt-cinq mètres de Bouis qui va se loger dans le coin à ras de terre du but d’Andral impuissant. Joie intense dans le camp du Girou, mais un autre miracle se profilait pour les Toulousains. Sur un dégagement dévissé d’un défenseur du Girou qui finit sa course dans les bras de son gardien l’arbitre à la surprise générale des acteurs et supporteurs médusés siffle un coup franc indirect à six mètres du but. Je ne savais pas que la règle avait changé dans la nuit qui a précédé la rencontre, il n’y avait aucune volonté de passe à son gardien, simplement une maladresse du défenseur. Toujours est-il que Kandili chargé de la sanction voit sa frappe à bout portant passer entre toutes les jambes des joueurs postés sur la ligne de but et finir sa course dans le but du Girou. Les joueurs locaux en trois minutes sont passés d’une liesse débordante à une très grande désillusion et une colère difficile à contenir. Si la victoire de Toulouse Métropole sur l’ensemble du match n’est pas imméritée, la défaite pour les joueurs du Girou est difficile à avaler après leur remontée inespérée.…lire la suite sur footpy.fr